C'est quoi les maths ?


par Ilan Vardi



Scène I


Sur une terrasse d'un café parisien, un homme et une femme sont assis l'un à coté de l'autre. L'homme écrit dans un cahier et il y a des papiers éparpillés sur sa table. La femme fume une cigarette et consulte ses messages sur son téléphone portable. Après quelques instants, la femme remarque les broullions de l'homme.


[Femme.] Excusez-moi, est-ce que vous êtes en train de faire vos devoirs ?


[Homme.] Non.


[F.] Mais ce sont quand même des problèmes de maths?


[H.] C'est exact, je suis mathématicien.


[F.] Mathématicien! Vous savez, j'ai toujours été nulle en maths, et c'était ma pire matière.


[H.] Eh bien, si tout le monde était bon en maths, je serai sûrement sans emploi.


[F.] Est-ce que je pourrais vous poser une question ?


[H.] Allez-y.


[F.] C'est quoi les maths ? C'est la logique, n'est-ce pas ?


[H.] Vous ne m'avez pas posé une question, vous m'avez posé une réponse.


[F.] Je ne comprends pas. Pourquoi ne répondez vous pas à ma question ?


[H.] Parce que votre question contient déjà la réponse. Vous ne me posez pas une question, vous affirmez quelque chose que vous voulez que je confirme.


[F.] Alors là, je ne comprends pas du tout. A l'école mes profs m'on toujours dit que les maths, c'était la pensée logique et rien d'autre. Alors, pourquoi n'êtes vous pas d'accord ?


[H.] Admettons que vous avez raison. Etant mathématicien, j'ai donc une logique correcte, et quand j'exprime mon opinion sur les mathématiques, j'ai forcément raison.


[F.] Eh bien, je n'apprécie pas du tout vos arguments de force. Vous êtes quand même gonflé ! Vous vous prenez pour qui vous ?


Pause


[F.] Je m'excuse. Vous avez raison; je ne devrais pas essayer de vous dire ce que vous faites.


[H.] Pas de problème.


Pause


[F.] Quand même, est-ce que je pourrais vous poser une autre question ?


[H.] Volontier.


[F.] C'est quoi les maths ? C'est la logique, n'est-ce pas ?



Scène II


Sur une terrasse d'un café parisien, un homme et une femme sont assis l'un à coté de l'autre. L'homme écrit dans un cahier et il y a des papiers éparpillés sur sa table. La femme fume une cigarette et regarde ses messages sur son téléphone portable. Après quelques instants, la femme remarque les broullions à coté d'elle.


[F.] Excusez-moi, est-ce que vous êtes en train de faire vos devoirs ?


[H.] Non, pas exactement.


[F.] Alors que faites vous ?


[H.] Je suis mathématicien.


[F.] Mathématicien ! Vous savez, j'ai toujours été nulle en maths, et c'était ma pire matière.


[H.] Si ca vous rassure, c'était ma meilleure matière, mais j'étais nul dans toute les autres.


[F.] Est-ce que je pourrais vous poser une question ?


[H.] Allez--y.


[F.] C'est quoi les maths ? C'est la logique, n'est-ce pas ?


[H.] Vous ne m'avez pas posé une question, vous m'avez posé une réponse.


[F.] Peut--être, mais alors dites--moi quel est le problème avec ma réponse ?


[H.] Les mathématiques ne peuvent pas être réduites complètement à la logique. C'est beaucoup plus de choses que la simple pensée logique.


[F.] Mais si j'ai bien compris mon cours de philo, il est possible de donner des axiomes et postulats, et à partir de ces axiomes et postulats presque tout les résultats mathématiques que l'on considère intéressants peuvent être exprimés en terme de formules logiques. J'ai raison, n'est-ce pas ?


[H.] Eh bien, je dois admettre que oui.

Pause


[H.] Est-ce que je pourrai vous poser une question ?


[F.] Allez-y.


[H.] Si les maths étaient votre pire matière, c'e'tait quoi votre meilleure matière ?



Scène III


Sur une terrasse d'un café parisien, un homme et une femme sont assis l'un à coté de l'autre. L'homme écrit dans un cahier et il y a des papiers éparpillés sur sa table. La femme fume une cigarette et regarde ses messages sur son téléphone portable. Après quelques instants, la femme remarque les broullions à coté d'elle.


[F.] Excusez-moi, est-ce que vous êtes en train de faire vos devoirs ?


[H.] Non, j'écris une pièce.


[F.] Alors vous êtes écrivain.


[H.] Non, je suis mathématicien.


[F.] Mathématicien! Vous savez, j'ai toujours été nulle en maths, et c'était ma pire matière.


[H.] Je trouve ca surprenant !


[F.] Pourquoi écrivez vous une pièce si vous êtes mathématicien ?


[H.] On m'a demandé de faire une intervention au Centre Pompidou et je voulais décrire la vie d'un mathématicien. J'ai décidé d'écrire des sketches inspirés de ma vie courante.


[F.] C'est intéressant. Mais ça m'a vraiment l'air d'être très différent des maths.


[H.] Pas vraiment. Dans une pièce on peux créer un monde imaginaire qui n'existe pas, mais qui est quand même intéressant et a des règles tout à fait cohérentes. C'est exactement ça les maths!


[F.] Est-ce que je pourrai vous poser une question ?


[H.] Un instant, je doit d'abord terminer le dernier sketch.


Il écrit deux lignes et ferme son cahier.


[H.] Bon, allez-y !


[F.] Est-ce qu'on pourrait se revoir ? Je viens de me rendre compte que je trouve les mathématiciens très séduisants !






Retour à chronomaitre.org